Académie métaphysique

 

Paroles

 

Académie métaphysique > C > Constructivisme

Catégories

Partager

 

 

Les outils et principes de l'objectivité face au relativisme - Varia

L'objectivité s'oppose au relativisme. Elle est le pari de la rationalité. On parie sur le fait qu'il y a indépendance à l'égard d'un quelconque sujet connaissant.

En un sens métaphysique, objectivité s'oppose à apparence, illusion, fiction, mental.

En général, l'objectivité repose sur les notions d'invariance et d'altérité. Un objet réel est avant tout un invariant.

Au sens épistémique : L'objectivité caractérise la validité d'une connaissance ou d'une représentation se rapportant à l'objet. En sciences, c'est possible par la méthodologie scientifique.

L'objectivité n'est pas la vérité, quoi qu'on les confonde. C'est plus un indice de confiance ou de qualité des connaissances et des représentations. Une théorie objective s'appuie sur des faits d'observations et des expériences.

Pour Kant : L'objectivité est ce qui est valable universellement ↓ Relativisme.

Le constructivisme et le post-modernisme critiquent l'objectivité. L'objectivité nécessite de pouvoir distinguer un objet du sujet observant, ce qui n'est pas évident.

Le sujet faisant partie de l'Univers, dès lors qu'il observe l'Univers, devrait s'en extraire, donc s'extraire lui-même. Cela est-il envisageable ?

Benoit XVI dénonçait : "une dictature du relativisme qui ne reconnait rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre égo et ses désirs."

Le constructivisme (Kant) : C'est l'esprit qui construit, produit une image de la réalité. 

Edgar Morin parle de co-collaboration du monde extérieur et de l'esprit.

"La théorie est l'hypothèse vérifiée après qu'elle a été soumise au contrôle du raisonnement et de la critique. Une théorie, pour rester bonne, doit toujours se modifier avec le progrès de le science et demeurer constamment soumise à la vérification et la critique des faits nouveaux qui apparaissent. Si l'on considérait une théorie comme parfaite, et si on cessait de la vérifier par l'expérience scientifique, elle deviendrait une doctrine". Claude Bernard.

C'est au XXème siècle que la complexification des sciences explose. Leur langage commun est les mathématiques.