Académie métaphysique

 

Paroles

 

Accueil > H > Héritier

Catégories

Partager

 

 

Les exigences du travail, de sa valeur - André Bouguénec

Nous allons tâcher de vous inculquer les quelques exigences du travail dans l'ambition des hommes :

Gardez ces pensées toujours car votre métier sera le reflet de ce que vous êtes : Mais pour vous réaliser, il y a des définitions qu'il faut comprendre :

- Le travail, c'est le métier. Le métier c'est le sens de la vie. Votre métier aura la valeur de vos possibilités de travail, c'est-à-dire de vous-même.

- La valeur réside dans l'effort et le travail, élément actif.

- La valeur, c'est le contact quotidien entre l'homme et les hommes, entre l'homme et les choses.

- Alors, le travail est considéré comme une marchandise.

- Comme toutes les marchandises, il devient soumis aussi aux lois de l'offre et de la demande, aux lois de l'argent.

On l'exprime même en statistiques et en courbes graphiques :

- Votre valeur est donc une valeur d'emploi-travail et donc une valeur d'Argent pour qui vous emploie.

- Le travail n'est pas une corvée dont le seul intérêt est le gain, dont la seule loi est « d'en faire le moins possible » en gagnant le plus possible. Plaignons l'homme qui, n'aimant pas son travail, le considère comme une corvée. Il faut aimer son travail parce que le travail fait partie intégrante de la vie.

- Le travail apporte à l'homme sa propre valeur, un homme qui ne travaille pas d'une façon ou d'une autre est un parasite pour les autres, car il n'est, en aucun cas, une valeur « d'échange », soit-elle manuelle, intellectuelle ou artistique.

- Tout individu monte l'échelle des valeurs dans la mesure où il dépasse son travail. La première condition pour cela est « d'épuiser » ce travail par un accomplissement consciencieux et minutieux. Le travail, matière brute, n'a de valeur que par la direction qu'on lui donne.

Nous voulons dire par là qu'un homme qui ne se veut qu'une « machine à sous » a, si l'on veut, un « prix », mais n'a aucune valeur !

- Aucune forme de travail n'est méprisable, tout travail peut être une perfection. Mais il est légitime qu'un individu refuse tel travail s'il est apte à un travail supérieur. Seulement hélas, les circonstances ne le permettent pas toujours.

Si vous débutez dans la vie, dans le travail, considérez bien ce qui suit pour avoir la force et la foi de persévérer.

- En quelques semaines, en quelques mois, en quelques années, vous pouvez diminuer votre travail et augmenter vos gains. Cela dépend de votre valeur intellectuelle et morale, et de votre capacité de travail.

- Prétendre gagner beaucoup en travaillant peu, c'est éluder la question du travail, pour ne considérer que celle du gain.

- Le moment arrive ou le gain est « considérable » et le travail moins laborieux, plus facile, plus minime mais par compensation de la période où, au contraire, le travail était, lui, considérable et le gain insignifiant.

- Attention, les succès immédiats sont plus apparents que réels. Ils sont susceptibles de déboires futurs si vous vous leurrez sur vos « capacités » ou votre chance.

- Le gros gain immédiat, la réussite rapide, la combine, la bonne affaire sont des pièges qui peuvent vous leurrer sur vos capacités et dont vous devez prendre garde pour progresser en valeur réelle et conscience. Même l'héritier d'un grand nom doit être page avant de devenir seigneur !

En conclusion de ces observations, veuillez bien réaliser que :

- Lorsqu'on débute, il faut travailler beaucoup pour un gain infime. Par la suite, le gain augmente dans la proportion où le travail diminue ou qu'il semble plus facile, plus naturel et agréable.

- Ne jamais chercher le gain. Le gain vient tout seul : résultat inévitable de l'assiduité au travail et de la progression de vos valeurs.

- L'attention doit être concentrée sur le travail. Le travail doit littéralement obséder celui qui veut arriver à quelque chose.

- Celui qui refuse de travailler pour rien ne s'élèvera jamais, même dans l'échelle des valeurs matérielles.

- Il est indispensable de fournir initialement une grosse somme d'efforts dont les résultats ne se feront sentir que longtemps après.

Le travail, ce sont les semailles, il faut des saisons avant la récolte.

- Qui est arrivé à travailler peu et à gagner beaucoup, profite donc après coup du travail effectué tout d'abord sans grands résultats apparents.

- L'effort et le résultat ne sont pratiquement jamais simultanés. Le résultat succède à l'effort. Souvent un intervalle très long peut les séparer. Les exemples ne vous manquent pas pour autant dans la longue préparation aux examens pour de belles carrières que pour lancer laborieusement une affaire qui ne sera productive qu'un assez long temps après ses débuts.

- Donc ayez bien en tête cet objectif très clair d'à-venir :

L'importance du résultat est proportionnée à la durée et à l'intensité de travail de « l'attente ». Bien sûr, il est peu de cas, sauf aux préparations d'examens, où cette attente ne rapporte pas un peu d'argent, mais la richesse que nous désirons pour vous doit être une ressource financière indéfectible, d'une valeur propre à votre métier et à votre personnalité, et telles que ces deux valeurs soient devenues solidaires par un mûrissement effectif et non pas un fruit financier éphémère issu des circonstances étrangères à vos efforts suivis et conscients.

Ce sont ces aventuriers des « circonstances » qui sont les parasites des employeurs et du travail, ils sont instables parce qu'ils veulent gagner, récolter sans mériter, sans labourer, sans semer.

= Une valeur de métier ou un métier de valeur se paie toujours à son prix et il y a toujours preneur intéressé pour un vendeur qui a fait son métier « en lui » pour produire.